Communiqués de presse

L’initiative biodiversité favorise les importations de nourriture, d’électricité et de bois

Les auteurs de l’initiative biodiversité veulent mettre sous cloche beaucoup plus de surfaces pour promouvoir la diversité des espèces. Ce faisant, ils passent sous silence les besoins de la population suisse en nourriture, en l’électricité et en bois. Moins la Suisse produit, plus elles doit importer. L’utilité écologique globale peut être améliorée en particulier si l’accent est mis sur une meilleure qualité et donc sur une plus grande utilité pour la biodiversité des vastes surfaces déjà disponibles.

La raison l'emporte au Conseil des Etats

Le Conseil des États rejette l’initiative biodiversité et n’entre pas en matière sur le contre-projet indirect. Il suit ainsi la recommandation de sa commission. L’Union suisse des paysans est soulagée par cette décision de raison. Les familles paysannes suisses s’engagent déjà fortement en faveur de la biodiversité par le biais de multiples mesures. De plus, l’amélioration de la qualité représente un objectif majeur sur les vastes surfaces déjà consacrées à la biodiversité.

Militantisme débordant au Conseil national

Le Conseil national rejette certes l’initiative biodiversité, mais il entend lui opposer un contre-projet indirect qui va beaucoup trop loin. Il donne ainsi carte blanche au Conseil fédéral en lui attribuant des compétences très étendues pour délimiter des surfaces pour la biodiversité. L’Union suisse des paysans est consternée par cette décision et espère que le Conseil des États sera plus raisonnable.