Communiqué de presse

"DES ARGUMENTS, PAS DES MENACES"

Le comité 2x Non et la CI avenir de la protection des plantes s’engagent pour un rejet des deux initiatives phytos extrêmes. Depuis un certain temps, la campagne de votation est devenue si passionnée que certains ont dépassé les bornes. Nous condamnons avec fermeté les menaces et les actes de vandalisme actuels, et nous exigeons leur sanction.

"OUI À NOS TRADITIONS, 2X NON AUX INITIATIVES PHYTOS EXTRÊMES"

Lors de la conférence de presse tenue le 5 mai 2021 à Charmey, une large alliance s'est prononcée contre les deux initiatives agricoles extrêmes. Paysans des montagnes et des vallées, agriculteurs biologiques et conventionnels, femmes et hommes, de nombreux représentants de l'agriculture d'horizons différents rejettent clairement les deux initiatives "Pour une Suisse sans pesticides de synthèse" et "Pour une eau potable propre et une alimentation saine". Ils ont reçu le soutien des deux Conseillers d'Etat fribourgeois Olivier Curty et Didier Castella.

Sous l’impulsion des organisations faîtières Agora et Prométerre, l’agriculture romande lance sa campagne « 2x NON aux initiatives phytos extrêmes » en vue de la votation fédérale du 13 juin prochain. Engagés depuis des années dans un processus d’évolution durable, les professionnels de la terre refusent de se laisser imposer de manière trompeuse et dogmatique des textes qui veulent leur dicter comment travailler, sans tenir compte de leurs réalités et de leur viabilité.

RENONCEMENT AUX PESTICIDES DE SYNTHÈSE : QUELLES RÉPERCUSSIONS SUR L’AGRICULTURE ET L’INDUSTRIE ALIMENTAIRE SUISSES ?

Une étude émanant de l’Université de Saint-Gall a examiné les conséquences de l’initiative « Pour une Suisse libre de pesticides de synthèse ». Il en ressort que l’acceptation de cette dernière entraînerait non seulement un recul de la production alimentaire suisse et, par conséquent, de la sécurité alimentaire, mais aussi une hausse des coûts de production et un accroissement des risques liés à l’hygiène dans l’industrie alimentaire. En bref, l’initiative affaiblirait le secteur agricole et alimentaire suisse sur le plan économique.

Médias

Famille Thürler, Porsel